AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le travail c'est la santé ? | LIAM

Aller en bas 
AuteurMessage
Ellie D. Brown
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 462
Age : 29
GROUPE ? : Superhéroine (A)
EMPLOI ? : Lycéenne et fouine à plein temps
HUMEUR ? : Impatiente
Date d'inscription : 24/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Mon coeur est en bon état, merci de vous en soucier
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Le travail c'est la santé ? | LIAM   Ven 29 Fév - 14:54

Ellie était pas mal à cran ces derniers temps. Faut dire qu'il y avait quoi. En moins d'une semaine elle avait revu le garçon qu'elle aimait après un an de silence radio, et rien ne s'était passé comme elle l'aurait voulu. Ouais, effectivement, se faire menacer tour à tour d'un pieux et d'un couteau de chasse n'était pas au programme des retrouvailles qu'Ellie aurait imaginé, si elle était assez niaise et princesse eplorée pour imaginer des retrouvailles, genre. Pire encore, elle avait revu Mike, et avait bien dû se rendre compte que non, il n'était pas un fantôme mais bel et bien un espèce de cadavre pas frais, ni mort ni vraiment vivant. Glauque. Pour compléter ce charmant tableau, la blondinette avait goûté aux crocs acérés d'un macchabé et ne devait sa survie qu'à l'intervention d'un tiers. Mouais, évidemment, elle s'en serait sortie toute seule, faut pas croire (A). Du moins, c'est ce qu'Ellie aimait clamer haut et fort. Ou du moins à elle même. Elle avait toujours été une jeune femme intrépide et téméraire, qui n'en faisait qu'à sa tête et qui riait du danger (Le danger ? Quel danger ? Moi j'aime le danger, je me ris du danger, ah ah ah ah ©Simba). A vrai dire, sa petite altércation avait refroidi la blondinette, mais pas pour longtemps. Hors de question de rester cloîtrée chez elle à se faire un sang d'encre parce que des bestioles étranges et totalement anormales rôdaient dehors. Merde, leur place c'était six pieds sous terre, et la sienne, c'était sur la Terre. Alors elles pouvaient toujours courir, Ellie ne comptait pas leur laisser le champ libre. Ca, JAMAIS. Elle était combative, et sûrement suicidaire, certes, mais surtout, elle aimait à lutter pour la justice. Dévoiler des fraudes, démanteler des réseaux, et plus tard s'occuper de cas de psycopathes hyper dangereux, c'était ce qu'elle voulait. Elle s'était déjà quelques fois démarquée des autres grâce à son intelligence et surtout à son sens pratique et Ellie était prête à tout pour que ça continue. Evidemment, la jolie lycéenne avait eut le temps de méditer son discours : celui-ci n'était pas venu dans l'immédiat, elle avait eu le temps de flipper sous ses couvertures, bien sûr. Ellie ne connaissait pas encore tout ce qui se tramait avec ces histoires de chasseurs et de clans, ce qui faisait qu'elle n'était pas encore passée par une phase de haine et de négation totale pour tous ceux qui lui mentaient depuis genre, toujours, son père ne premier lieu. Pour l'instant, elle désirait simplement protéger ses semblables d'une menace. La terre était aux humains, les vampires devraient se soumettre, ou mourir. Wahou, elle adorait cettep phrase, ça faisait carrément justicière masquée, genre Sailor Moon qui défend l'amour et la justice et qui au nom de la lune, va te punir. Debout sur son lit, Ellie se trouvait vachement éloquente, et impressionnante. Bon, il lui manquait un costume, et une super phrase d'accroche. Et puis accessoirement, de la force. En fait, elle n'avait que son courage pour elle, mais bon. Oh, et une jolie cicatrice au niveau du cou, ça faisait carrément guerrière, ça, non ? D'ailleurs, pour la jeune femme qui ne se maquillait jamais, c'était un fléau, puisqu'elle avait dû porter des foulards et autres écharpes jusqu'à céder, et s'acheter un tube de fond de teint, pour atténuer le massacre. Bon, vous l'avez compris, Ellie pensait à elle seule parvenir à sauver le monde, un peu à la Sydney Bristow, avec ses histoires de 'Chosen One'. Ouais, elle avait un peu une imagination débordante, et il était difficile de la stopper. Bon, vu qu'elle ne savait encore rien des chasseurs, Ellie ne pouvait pas vouloir créer son armée de chasseurs, évidemment (A). Pour l'instant, il lui fallait THE scoop. Elle allait filmer un imbécile de vampire avec ses crétines de canines se jeter sur une carotide innocente. Il fallait révéler au monde entier leur existence. Le gouvernement s'en chargerait sûrement à coup de missiles anti vampires en plein nids. Et 'baaaam'. Plus de vampires. La minie-blonde était bien décidée à prendre la situation en main, puisqu'elle était persuadée que si elle disposait d'une facultée hors du commun, c'était parce qu'elle avait un truc énorme à accomplir. Comme quoi, même les gentils peuvent devenir mégalo'. Simplement, Ellie avait compris que le moteur de son pouvoir c'était la colère, la hargne, la rage. En effet, elle avait réussi à ejecter Elliot contre un mur sans le moindre mal et aurait pu le refaire des dizaines et des dizaines de fois, sans même le vouloir. Alors qu'avec ce vampire inconnu, la peur et la surprise l'avaient empêché d'agir. Voilà pourquoi, Ellie avait décidé de travailler sans relâche à la maîtrise de son pouvoir. C'était une façon comme une autre de se protéger et de ne pas se priver de sortir la nuit afin de fureter à droite à gauche comme elle en avait l'habitude. Pour se faire, la blondinette avait décidé de se servir de sa capacité pour pas mal de tâches quotidiennes, afin d'être totalement parée. Comme faire la plonge dans son bar miteux, par exemple. A l'arrière, là où il n'y avait personne presque en permanence, c'était un jeu d'enfant ! La blondinette s'était d'abord rendu à l'église délabrée de la ville afin de piquer de l'eau bénite qu'elle avait enfouie dans une petite fiole - volée cette fois ci dans la salle de chimie de son lycée xD - et qui était rangée sagement dans la poche intérieure de sa veste. Elle ne savait même pas si c'était efficient, mais si l'on suivait les sites internet qui parlaient de ce folklore étrange, c'était un répulsif. Comme un truc anti parasites, ou anti insectes en fait. Et après tout, les vampires étaient aussi peu importants, ah ah. Un écouteur d'Ipod dans les oreilles - pas les deux, au cas où quelqu'un débarquait, elle avait besoin de l'entendre - Ellie chantonnait doucement une chanson plus-déprimante-tu-meurs, qui bizarrement lui rappelait Elliot - même si, en réalité, presque tout et n'importe quoi lui rappelait, genre. 'Now that I've lost everything to you, you say you wanna start something new, and it's breaking my heart you're leaving... [...] Oh baby, baby, it's a wild world, it's hard to get by, just upon a smile' tout en faisant se diriger sagement les assiettes et autres verres dans l'espèce de grosse machine qui les lavait et qui les faisait ressortir aussi propres que bouillantes. Voilà pourquoi c'était pratique de ne pas les toucher, en fin de compte. Seulement, Ellie entendit un bruit de pas qui se dirigeait rapidement vers elle. Et merde. Sans prendre le temps d'attraper les verres, elle les laissa simplement se briser sur le sol, dans un bruit d'eclat de verres assez désagréable. Les reproches de son supérieur glissèrent sur la blondinette, qui se contenta d'afficher un sourire narquois tout en rêvant secrètement de l'envoyer sur la Lune grâce à son méga pouvoir - genre, c'était possible. D'aileurs, si il ne fallait pas que tout ça reste secret, Ellie aurait bien fait faire quelques tours de montagnes russes suspendus au dessus du sol à tourner sur eux mêmes sans fin à quelques idiots du lycée, Brad, Kristen and co en premier plan. Gracieusement offert par la maison, le tour de manège, en plus. Mouais, elle ne voulait pas tourner Bad Ellie, puisqu'il était bien connu que les gentils gagnaient toujours. Et pour une acharnée pareille, il était hors de question de perdre. Ellie s'empara donc d'un balai pour ramasser les débris et défit son tablier afin de profiter de sa pause, au comptoir du bar. Assise sur un tabouret, accoudée et à l'aise comme à la maison malgré les dégaines louches de certaines personnes autour d'elle, la petite blondinette héla le serveur, un collègue de travail, donc, de sa voix fluette, mais toujours aussi déterminée :

- Hey, Ju', sers-moi donc un verre de vodka en oubliant mon âge, d'accord ? Je sais que t'es censé le retenir sur mon salaire, mais si tu le fais, je pourrais être vexée et rappeler au patron qui est le 'sale enfoiré', comme il l'appelle, qui fait régulièrement disparaître du whisky... Ellie le regarda la servir tandis qu'il levait les yeux au ciel. Elle, affichait un sourire amusé. Heeeey, m'arnaque pas sur les doses, tu serais un amour.

_________________

I'm coming out of my cage and I've been doing just fine
Gotta gotta be down, because I want it all
It started out with a kiss, how did it end up like this
It was only a kiss, it was only a kiss

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.forumactif.biz
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le travail c'est la santé ? | LIAM   Ven 29 Fév - 18:33

Internet… son ami virtuel le plus précieux, sa plus grande source d’information, si ce n’était pas le bouche à oreille qui circulait dans le métier. Parfois, l’idée démentielle de tenir un forum pour les chasseurs lui venait d’ailleurs à l’esprit. Après tout, cela serait mille fois plus simple de parcourir quelques phrases écrites à la va-vite, que d’aller bavarder avec untel ou untel, ce qui d’ailleurs, en ce qui le concernait, relevait d’une idée plutôt farfelue qu’il n’expérimentait pas vraiment, sa réserve naturelle le retenant d’aller prendre une bière en compagnie de ses ‘semblables’. En connaître quelques-uns lui suffisait amplement, d’autant plus qu’il tentait de sauver les apparences en continuant à vivre d’une manière plus ou moins ‘normale’… Mais comment y parvenir parfaitement lorsqu’un regard ne cessait de vous hanter, que le sang ne cessait de couler à vos côtés, chaque nuit apportant son lot de drames et d’existences brisées ? Dire que deux ans plus tôt il aurait affirmé que ce n’était que des racontars, que tout cela n’existait pas… le monde n’était donc qu’un fou du roi déguisé, le mensonge préservant, tout autant qu’il s’avérait meurtrier.

Mais vous les connaissez ces mielleux totalement stupides, qui viendraient supplier les vampires d’en faire l’un des leurs sous le prétexte que l’éternité est plus séduisante qu’une vie de mortel. La situation déraperait forcément, et l’ombre prévalait à la masse, Liam en était parfaitement convaincu. De là à créer un site ou une communauté privée, il y avait forcément des limites… il se contentait donc d’écrire pour lui-même ce qu’il appelait son « livre », simple recueil des informations qu’il découvrait, y annotant tout ce qui pourrait finalement être utile… comme le nombre de créatures assassinées. Le mot était-il trop fort en ce qui concernait ces monstres de foire ? Après tout, ils étaient bel et bien morts depuis bien longtemps, persistant dans une existence blafarde de vol et d’horreur, présage des enfers où ils finissaient par les renvoyer, comme d’autres de ses… ‘collègues’.

Torse nu, adossé à la chaise se trouvant devant son écran d’ordinateur, qui paraissait figé à la fin d’un mot « prédateurs. », un sparadrap blanc marquait son bras gauche à l’endroit où résidait la blessure que lui avait infligé une créature de la nuit quelques jours auparavant. Celle-ci n’était pas vraiment prononcée, mais il avait préféré la prudence sur ce point, considérant qu’il valait mieux faire attention s’il voulait être prochainement efficace, ce qui ne serait sans doute pas de trop. Basculant sa tête vers l’arrière, ses lèvres mimèrent les paroles neigeuses qui résonnaient dans la pièce où il se trouvait… avant qu’il ne délaisse ce qu’il écrivait, ou plutôt n’arrivait plus à écrire, retirant d’un geste sec le pansement qui recouvrait sa peau sans y prêter l’ombre d’un regard, ses doigts attrapant dans un même temps la chemise qu’il enfila, avant de finalement la boutonner sans véritablement y prêter d’attention. Après tout, il faisait bien ces mêmes gestes depuis qu’il en portait, et il en alla de même pour le ceinturon qu’il cingla à sa taille à la manière d’une ceinture. Pieu, eau bénite, poignard…

Chasser ? Non, il n’avait pas dans l’idée de rejoindre les ruelles par pure habitude ce soir-là, de plus, son arbalète persistait dans un coffre se trouvant sous son lit, et il ne comptait certainement pas l’emporter avec lui. Mais tout bon chasseur ne sortait jamais sans un minimum de précautions, d’autant plus quand on commençait à être connu, même si dans un sens il s’en serait bien gardé. Loin d’être idiot, il connaissait l’importance de l’anonymat, à quel point celui-ci pouvait-être crucial face à ces monstres, même si, le Diable restait sans doute bien trop intelligent à son goût, à croire que ses années d’existences enrichissaient les esprits d’un brin de jugeote. Ses pieds glissant dans ses Meindl, il s’empara bien rapidement de sa veste noire, avant de quitter son appartement, après avoir préalablement éteint son ordinateur, et refermé la porte à clé à sa suite. Mais là n’était pas la question, puisqu’il avait bel et bien l’intension de rejoindre la populace, et plus précisément une personne bien précise sur laquelle il ne cessait de jeter un œil à l’occasion… amie avec son frère, la demoiselle avait tendance à fouiner un peu trop dans ce qui ne la concernait pas, et il valait mieux l’avoir de son côté, plutôt que dans celui de ses ennemis à tout prendre… n’est-ce pas Ellie ?

Non, son attitude n’était pas exclusivement intéressée, soyons honnête, il l’appréciait grandement, malgré qu’ils ne se ressemblaient pas vraiment, l’une ayant un franc-parler déplacé, tandis que l’autre persistait dans une réserve attentive. Sans parler des personnes qui les séparaient… comme par exemple Joannie. Eleonore aussi certainement, mais il ignorait qu’elle la connaissait, ni même qu’elle voyait en elle l’une de ses amies. Nom d’un petit vampire, jamais il n’irait parler de cette démone aux autres sans être certains que cela ne trahirait pas ce qui se tramait entre eux, et encore moins à une amie de son frère. A moins bien sûr qu’elle n’entame elle-même le sujet, dans ce cas précis, il éluderait sans doute… Ainsi, ils restaient deux êtres plutôt dissemblables, mais qui avaient pourtant des points qui les rapprochaient, après tout, n’était-il pas son informateur numéro un ? Certes, il veillait avant tout à ce qu’elle ne puisse pas découvrir les pénibles secrets de la nuit à Heaven, et il n’avait certainement pas imaginé que la soirée lui apprendrait que d’autres avaient fini par trahir cet abominable secret de polichinelle.

Adressant un simple signe de tête au videur qui le connaissait de vue, Liam pénétra donc au Black Galley, ses iris scrutant sensiblement les alentours. Comment une fille comme elle pouvait bosser dans un tel lieu ? C’était à n’y rien comprendre… Oui, elle pouvait y obtenir des infos croustillantes, sans doute était-ce le meilleur endroit pour cela, à l’exception du O'Brien’s, mais franchement, elle n’avait rien à faire ici… c’était comme si on venait à lui dire que le petit chaperon rouge était en fait le grand méchant loup. S’avançant parmi les clients, il remarqua rapidement Ellie, qui au lieu de travailler, venait bien tranquillement de prendre place au comptoir, très certainement pour prendre sa pause. Si près… il n’eut aucun mal à percevoir les paroles qu’elle adressa au barman et qui eurent le don de le faire sourire quelque peu, vaguement amusé par son tempérament téméraire.


« Te faire bosser ici est déjà illégal ‘p’tite’. D’ailleurs… c’est comme ça que tu travailles ? » lui demanda-t-il d’un air parfaitement sérieux, son regard pétillant un peu trop pour faire paraître le tout pour crédible tout en s’asseyant sur le tabouret à ses côtés. « Je vais me plaindre à mes patrons je crois… Un windex, merci. » ajouta-t-il en répondant au regard interrogateur du barman. « Tu vas bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ellie D. Brown
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 462
Age : 29
GROUPE ? : Superhéroine (A)
EMPLOI ? : Lycéenne et fouine à plein temps
HUMEUR ? : Impatiente
Date d'inscription : 24/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Mon coeur est en bon état, merci de vous en soucier
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: Le travail c'est la santé ? | LIAM   Sam 1 Mar - 1:41

    Ellie n'aimait pas franchement travailler au Black Galley. A vrai dire, il fallait la comprendre : pour une adolescente pimpante et pleine de vie comme elle - pour ne pas dire envahissante et irresponsable - l'endroit paraissait quelque peu glauque. Simplement, Ellie n'était pas n'importe quelle adolescente... elle avait une capacité d'adaptation à toute épreuve, qui lui permettait d'être à l'aise presque dans n'importe quelle situation, tant que celle-ci n'était pas ahurissante, genre l'ancien copain qu'on a enterré et qui revient, ou les crocs d'un monstre enfoncé dans la carotide, évidemment. Ce genre de trucs, c'est assez difficile à s'y accoutumer, en règle générale. Bosser ici lui permettait d'arrondir les fins de mois et d'aider son père, puisqu'apparemment être détective dans une mini-ville comme Heaven City ne rapportait pas des masses. La blodinette s'était toujours demandé pourquoi son père ne se faisait pas engager au commissariat de la vie, vu ses compétences, mais évidemment, vu qu'il n'était pas vraiment détective mais chasseur, ça coulait de source. Mais ça, elle ne le savait pas. Pour elle, son père traquait les femmes infidèles, les maris volages, les ado' fugueurs enfin ce genre de trucs pour les familles bourgeoises du coin. Qui aurait pu croire qu'il faisait dans l'extermination de vampires ? Personne et surtout pas Ellie. Pour lui, son papa était l'image même du Bisounours, la bedaine en plus et les cheveux en moins. Il portait sur lui la gentillesse et la douceur alors l'imaginer avec une tête de tueur et un pieu en main s'avérait difficile. Enfin, ça devait au moins avoir le mérite de tromper l'ennemi, comme l'huissier de justice qui a l'air adorable et qui vous fait la conversation, mais qui, mine de rien, vient vous taxer tous vos meubles. La famille Brown était quelque peu particulière... et cela convenait à Ellie. Certes, l'absence de sa mère était toujours un manque parfois difficile à combler mais son père avait endossé les deux rôles avec brio. Bien sûr, il ne lui avait jamais demandé de travailler ou même de l'aider - il la protégeait du mieux possible - mais Ellie n'était pas idiote et savait que l'argent ne rentrait pas d'un coup de baguette magique. Si Mr Brown estimait que sa fille unique devait éviter de sortir tard le soir et se consacrer à ses études, Ellie ne pouvait pas ddécemment le prendre au sérieux puisqu'il n'était jamais là le soir pour voir ce qu'elle trafiquait et qu'en plus, au niveau études, elle était largement au-desssus du lot et savait qu'elle pourrait déjà intégrer l'université de son choix, ou plutôt passer les écoles de formation au sein du FBI ou de la CIA, dans son cas. Et justement, travailler le soir lui donnait une raison supplémentaire d'arpenter les rues afin de mettre son grain de sel partout, surtout là où il n'était pas demandé, évidemment. La petite blonde était intrépide et surtout jamais rassasiée : elle était d'une curiosité rarement égalée et ne passait jamais par quatre chemins pour avoir ce qu'elle désirait. De plus, elle avait une énergie assez phénoménale à canaliser et même les nombreuses de sport qu'elle pratiquait - entre le sprint, le tennis et les cours ridicules de self defense où son père l'avait inscrite limite de force - ne suffisaient pas à la rendre aussi douce et calme qu'un agneau. Ellie était un volcan en constante activité, et c'est ce qui la rendait à la fois intimidante et attachante. Attachiante, pour être plus véridique, mais au fond, c'était la même chose. Seulement, ce soir là, la pauvre plongeuse par intermittences était carrément dans la lune, suite à tous les évènements récents qui avaient perturbé son quotidien en général plutôt maussade, et pour le moins routinier. Son esprit tout entier était occupé par toutes ses idées pour éradiquer la terre de ces bestioles, elle se voyait déjà aux informations avec un regard de tueur, montrer un film amateur pour prouver l'existence des vampires. Elle ferait quelques plaisanteries douteuses mais amusantes histoire de détendre l'atmosphère et de rassurer les téléspectateurs. Evidemment, elle aurait une dégaine supercool et ferait même des bulles avec un gros malabar. La CIA serait fière de ce petit bout de fille et l'engagerait immédiatement pour défendre les intérêts des USA partout dans le monde, et elle se déguiserait avec des perruques géniales avant de partir au bout du monde en se faisant passer pour une actrice célèbre, ou une mondaine blasée. Oh, oui. Hum, oui, elle dérivait totalement, mais Ellie était genre surexcitée par toutes les idées géniales qu'elle avait. Et par la maîtrise grandissante de son pouvoir, qui depuis qu'elle n'en avait plus peur ou qu'elle arrêtait de le voir comme une malédiction, s'avérait de plus en plus utile et de plus en plus précis. Classe, n'est-ce pas ? Evidemment, la blondinette - sans être rancunière - avait décreté que le vampire qu'elle filmerait serait celui qui avait voulu la bouffer, c'était dans l'ordre des choses. Encore fallait-il qu'elle trouve des infos sur lui à se mettre sous la dent, ce qui n'était pas des plus évidents... Mais fort heureusement, elle connaissait LA personne parfaite pour ça. Encore fallait-il qu'elle trouve une bonne excuse pour lui demander ce genre de service à Liam. Hum, l'homme de sa vie, ça pouvait le faire, non ? Elle l'avait croisé, perdu, et paf, elle voulait le retrouver à tout prix. Elle pouvait même cligner des yeux telle une princesse eplorée et le tour était joué. Enfin presque joué puisque depuis le temps qu'elle connaissait Liam et son frère KC, Ellie se doutait qu'ils savaient tous deux qu'elle n'était pas franchement le genre de personne à tomber follement amoureuse du premier garçon qu'elle croisait dans la rue, ça se saurait. Utiliser son cerveau plus souvent que son coeur était de toute façon LA clef de la réussite. Sirotant sa vodka à la paille - ce qui faisait un contraste aussi charmant qu'étonnant - Ellie sourit en voyant justement - comme de par hasard - Liam faire son apparition. Tiens, tiens, tiens quelle bonne surprise. La blondinette lui adressa un sourire espiègle et haussa les épaules avec désinvolture à sa réplique, en levant exagérement les yeux au ciel lorsqu'il l'appela 'petite', alors qu'il n'avait pas tant d'écart que ça. Trois ans à tout casser, non ?

    - C'est pas si illégal que ça, et puis de toute façon ils sont bien contents de m'avoir, t'en connais beaucoup qui accepterait de bosser dans un trou à rats pareil ? Commença Ellie d'un ton quelque peu sarcastique mais pas méchant avant d'enchaîner, après une gorgée de sa boisson Ouep, c'est ma pause. Et vu le nombre de verres que je casse par heure, en général j'ai le droit à une trèèèès longue pause, histoire d'arrêter le massacre. Que veux-tu, j'suis pas franchement une travailleuse exemplaire. Ellie se pencha pour faire la bise à Liam qui ne l'avait même pas salué, avant de reprendre sa position initiale pour lui répondre dans un grand sourire On fait aller, et toi ? Quoi de neuf chez les Sanders ?

    [Pas terrible, dsl. Me rattraperai mais j'ai dû bacler j'dois y aller xD]

_________________

I'm coming out of my cage and I've been doing just fine
Gotta gotta be down, because I want it all
It started out with a kiss, how did it end up like this
It was only a kiss, it was only a kiss

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.forumactif.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le travail c'est la santé ? | LIAM   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le travail c'est la santé ? | LIAM
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E T E R N A L S U N S H I N E :: H E A V E N . C I T Y :: LES RUES & RUELLES DE HEAVEN CITY :: THE BLACK GALLEY-
Sauter vers: